R.I.P.

Ben oui, normal, quoi de mieux en ce 1er janvier 2011 que présenter un ami talentueux et parler de gens morts ?

Ne vas pas me dire que tu es surpris, je ne pouvais pas me permettre de souhaiter simplement la bonne année voyons ! ça aurait été trop simple, puis j’ai un personnage a travailler, mine de rien, l’exercice est périlleux, et l’enjeu… (coup d’oeil aux statistiques du blog : 10 visites en 1 semaine). Bon, Ok, la, c’est une autre affaire.

A propos de personnage, celui que je vous présente aujourd’hui se surnomme Flow Wolf, de son état civil Florent Lubienicki. A ce stade je crois que vous êtes suffisamment intimes, je vais pouvoir dévoiler son dernier projet en date qui, tu t’en doutes, présente un rapport plutôt évident avec des gens morts, « Morts de leur vivant » comme dirait Papa, et je rétorquerais : Merci, c’est toi qui chaque jour m’inspire un peu.

Treve de verbiage, voici mon préféré, du moins pour aujourd’hui :

Puis tiens, tant qu’a faire, voici la serie au complet :

Enfin, comme de coutume, je ne saurais trop vous conseiller d’aller voir son travail, qui vaut vraiment le détour.

Publicités

Je fais du Co-lo-ri-age. Et je dépasse meme PAS !

Bon là, pas de tripotage de cerveau interminable: je découvre, j’aime, donc je partage. Logique sauvage et implacable, merci bien.

Elles, c’est un groupe indie de Brooklyn : Au Revoir Simone.

Ça, c’est la video de leur dernier single. Interactive s’il vous plait. Non parce que maintenant ça déconne plus, ok ? Mettre des videos en avant première sur YouTube, c’est limite pourri désuet, on s’entend (!).

Le concept est élémentaire, et tellement efficace : une fois cliqué sur Play, vous êtes dirigés dans un livre de coloriage, qui représente Heather D’Angelo, Erika Forster et Annie Hart dans un décor limite Burton – Scoubidesque. Tu vas me dire, lecteur chéri, que faire du coloriage en musique avec sa souris, c’est limite puéril débile, et qu’il n’y a aucune raison de s’extasier la dessus. Je te répondrais : Ah non-eu ! parce que là c’est vachement mieux que du simple coloriage, là les objets s’animent au fur et a mesure que tu colores, et ça, c’est fun ☺

Pour ce qui est de la réalisation, c’est Eli Stonberg qui s’y est collé, avec Chris Sanchez a l’illustration (m’enfin lui s’est pas foulé, il nous laisse faire la moitié du travail). Quoi qu’il en soit le résultat est très bon : interactif, simple, amusant et pas prise de tête. Un peu comme moi quoi.

Allez y faire un tour, c’est par !

Les péripéties de merde de Supa Pinz

Bah alors là lecteur chéri, je dois t’avouer que pour cette fois, je ne me suis pas beaucoup cassé l’oignon pour trouver un titre de post original, car Lucas l’a fait pour moi (sous entendu que tu te devras de le remercier pour participer à la sauvegarde de mes neurones).

« Lucas c’est qui? » bah voyons ! tu t’empresses, encore, et ça, c’est pas bon pour ton estomac..

Lucas c’est un peu le type que tu adore détester.. ou l’inverse, je sais plus, je me mélange. Mais le principal, ça reste quand même que ce môssieur est talentueux, beaucoup, et que quand, en plus, tu sais qu’il est limite borderline « trash-romantique », bah tu te prend à rêver d’être la « mini-muse » du gus, voila quoi.

Tiens d’ailleurs voila mes deux coups de coeur pour aujourd’hui :

Puis si tu veux un conseil, va carrément faire un tour chez lui, c’est par ici

Bon et sinon à part ta vie, tu dis quoi ?… Jónsi ? c’est qui ça ?

Bah oui, c’est vrai qu’à part te livrer des conseils sages et avisés ou mon analyse très mature de l’espèce humaine, je ne t’ai pas fait découvrir grand chose. Pour être honnête, je ne veux pas te perdre, unique lecteur, mine de rien tu nourris mon petit ego narcissique et auto-épicentré d’écriveuse. Par contre n’essaie pas de m’apprendre le français, car je le prendrais mal, et je ferais la bloggeuse, pardon… boudeuse.

Entrons donc dans le vif du sujet, car je suis une femme, et que je peux dire ça avec l’air tout naturel, pas vulgaire du tout, mine de rien. La découverte ici n’est pas si récente, quelques mois à vrai dire, mais elle mérite que que l’on s’y arrête pour plusieurs raisons :

Jónsi, avant tout connu pour être le lead du groupe islandais Sigur Rós, s’est lancé dans un projet solo. En gros ça donne un superbe album : « Go », sorti cette année, et dont cette première vidéo est extraite. Considère ça comme une sorte de pilule pour te rappeler combien la vie, c’est beau.

Mais ce n’est pas tout car, vois-tu, n’est pas Jónsi qui veut. Celui-ci a en effet mis sur pied, avec l’aide de Fifty Nine Productions, un spectacle époustouflant. C’est pour cette automne, si je ne dis pas de bêtises, et voici deux petites vidéos du making-of. C’est en anglais, mais pour ceux qui ne pipent pas un mot, pas de panique, les images parlent d’elles même.

Share on Facebook

Dans mon travail, tu observes y paraît…

Oui parce que quand tu prétends faire du Marketing, tu prétends aussi connaitre les gens, donc la moindre des choses c’est d’au moins une fois porter toute ton attention sur lui/elle/eux/lui, tout dépendamment de ce que tu souhaites découvrir..
Pour une fois je vais vous donner un petit secret, qui ne vaut rien vous le verrez par la suite, mais au moins vous aurez eu le sentiment que je ne vous raconte pas que du vent, pendant deux secondes… Attention… Secret :

Moi, mon focus groupe préféré, c’est le métro, (« il y en a d’autres, c’est le Rondelé », me direz-vous hilare et fier de vous même, moi je vous répondrais que c’est raté, ta blague, elle est toute nulle), et pourquoi le métro, simple, tu y croise toute sortes de gens, tout plein d’odeurs, pas forcément ragoutantes, puis des choses… comment t’expliquer…
Oui, la-bas, ou là-dessous selon l’endroit où tu te situes, tu en apprend beaucoup sur l’espèce humaine, et même que parfois, tu découvres de nouveaux spécimens… comme celui-là par exemple :

Ne me demandes pas ce que c’est je n’en ai moi même pas la moindre idée… ça m’a évoqué pas mal de choses, notamment, allez savoir pourquoi : Lui
Puis je vais vous paraître hallucinée, parce que finalement je suis a peu près sûre que c’était lui… j’attends le jour ou je croiserais Michael, puis là, je serais convaincue que j’ai définitivement besoin de vacances…

Il est venu le temps des regrets

Bon, il faut s’entendre, les regrets dont je vais vous parler ici n’ont strictement rien à voir avec ceux de l’ordre de n’avoir pu dire au revoir à un proche, ou encore d’avoir choisi d’épouser Môssieur Connard plutôt que son meilleur ami Môssieur Bonne Poire.
Tu pressens donc à juste titre, unique lecteur adoré, que ce que je vais te raconter est superficiel au possible, donc, un conseil si ça ne te plaît pas, va directement par .

Oh tu es resté! Tu me flattes!
Donc, les regrets dont je souhaite parler présentement sont plutôt de l’ordre de “Merde mais qu’est-ce qui m’a pris de me teindre les cheveux en blond?! J’ai l’air d’une prostituée en pré-retraite”.
Tu as saisis la nuance ?
Bien, parfait, maintenant on peut raconter la petite anecdote, parce que ca fait du bien de partager ses déboires, n’est-ce pas?

Regret du jour : “l’e-mail de proposition”
J’entends bien sur “proposition de rencard”. Mais oui, tu vois duquel je parle: C’est celui que tu trouve super fin, au moment ou tu le rédiges. Tu te dis que “ça va, ça fait pas trop osé, c’est plein de sous-entendus, il va comprendre, mais me prendra pas pour une allumeuse, et caetera, et caetera.
La tu te relis une vingtième fois et:
«Ok, bien, satisfaite. Je clique? Oui. Ah puis non… Peut-être? Allez… Oh et puis merde! Je m’en fous je l’envoie!”.

Nul besoin de préciser qu’au moment de cliquer sur le bouton envoi, tu as fermé les yeux.
Il va falloir qu’on m’explique a quoi sert ce réflexe inutile. C’est un bouton “envoi”, pas le déclencheur d’une bombe.
Bien que…

Oui. Tu l’as fait. Et 8h après, quand tu y repenses, tu préfères que ce petit épisode «impulsif» n’aie jamais eu lieu, ouais parce que dans la hâte et la fébrilité du moment, t’as oublié d’envisager deux ou trois détails.
Oui parce que tu le croise souvent, d’un coup tu n’es plus vraiment sure du super pouvoir de séduction que le dernier test de Cosmo t’attribuais, puis tu sais même pas si il célibataire et puis si ça se trouve, c’est un Patrick Bateman en puissance, et puis…

Mais on ne s’en fait pas, pas vrai? Je sais que tu as déjà connu ça toi aussi, d’ailleurs, s’il te plaît, fais moi plaisir, raconte moi-le ce moment de solitude, au pire si t’en as pas, ment ! Pour une fois je m’en ficherais que tu ne sois pas parfait, promis, je dirais rien, et je ne me moquerais pas de toi, pas trop…

Des douches froides en direct de la socio-météo

Et oui! Vous le savez comme moi, rien de mieux que la météo pour entamer une bonne conversation n’est-ce pas?
Justement ça tombe bien, j’allais vous parler du temps.
Ah je vois déjà vos mines réjouies : « génial elle nous pond un article sur la météo québécoise! Celle la on l’attendait! »
Oui je sais, que vous êtes impatient! Faut me comprendre, j’ai le clavier flemmard ces derniers temps.

Quoi de mieux, donc, qu’entamer cette démonstration socio-météorologique avec le temps d’aujourd’hui?
Ne me dites pas que vous vous en moquez, car s’il y a bien un truc qui peut arriver a tout le monde, c’est bien la météo.
Donc, il faut savoir qu’aujourd’hui, il y a eu de l’orage. Et, parce que je suis une immigrée Française qui a envahi depuis peu le Québec, mon premier réflexe a bien sûr été de vouloir partager cette exotique aventure avec mes 471 amis.
Ah tiens 469… 464…
Mais comment? Ça ne vous intéresse pas?
Enfin, je vous blackliste pas quand vous me pourrissez mon wall avec vos applis à la con, pardon, vos questionnaires psychologiques profonds et l’état de vos cultures agricoles.

D’accord, j’en viens au coeur du propos, car « clarté et concision font plus que 3 tomes de Tolkien ni que Marcel Proust ».
Comment? C’est pas ça qu’on dit?

Donc, parmi les joyeusetés, toutes plus bizarres les unes que les autres, qui font qu’un français à Montréal fait parfois beaucoup rire un Quebécois, figure cette incroyable propension à s’émerveiller devant un phénomène météorologique.
Ce que le québécois sait d’avance, c’est que le dit phénomène tapera méchamment sur les nerfs du dit gaulois au bout de deux ans au pays, voire même avant la fin de l’hiver s’il s’agit de la neige…

Ainsi, oui il va falloir s’attendre à une cascade de statuts Facebook, Twitter ou autres billets d’hiver, dignes d’une enfant de 6 ans au Parc Astérix.
Je vous décrirais comment ce matin là je me suis réveillée sous 4m de neige et comment j’ai fait le plus beau bonhomme blanc que même toi t’es pas capable de faire mieux.
Puis, surtout, tu sauras comment je ne suis vautrée comme une lourde au moment de descendre les escaliers, tête la première dans la poudreuse, les deux jambes qui dépassent de cette couette mega king size blanche…

Ma vie est trépidante, si si, même que je ne vous en donnerais même pas un morceau, et si tu dis que je suis radine, moi je te demanderais de me dire combien tu as donné à des oeuvres caritatives le mois dernier, car parfois, oui, c’est bon d’être de mauvaise foi.

Je suis française, mais je me soigne.