Manuel de survie – Le metro

Et si nous avions trouvé le remède miracle, la botte secrète, le truc infaillible, pas celui en plume, qui te facilite la vie et te permette de profiter de tous les conforts auxquels il n’est pas toujours possible d’avoir accès.
Un genre de manuel de survie pour le quotidien en somme.

Eh oui ! prenez le métro par exemple.
N’allez pas me dire que vous n’avez jamais eu de souci pour poser votre illustre postérieur sur une banquette de metro, quel que soit vôtre âge, le diamètre de votre ventre, votre physique plus ou moins avantageux, ou votre force de conviction.
Allez, même un tout petit strapontin… s’il vous plait, soyez sympa.

Pour remédier à votre inconfortable situation verticale, il existe un certain nombre de combines plus ou moins efficaces, et d’arguments, plus ou moins douteux. Parmi ces solutions, voici ma préférée.

damiencouvreur

Attention. Solution: le chantage affectif.
Oui, celui que vous et moi avons tous essayé au moins une fois dans une rame bondée, à 8h45 un mardi, entre Chatillon Montrouge et Place de Clichy.
Ah si je vous jure, vous ne vous en souvenez pas, mais vous l’avez fait.
Ce jour là vous avez pris votre air le plus abattu,  repéré votre victime, la seule personne rivée sur autre chose que son bouquin, son iPod ou son téléphone.
Et vous êtes passés à l’action, à grand renfort de regards de poisson rouge, et avec dans les yeux un message qui disait:
« je suis à l’article de la mort cérébrale, j’ai mal au cheveux. Faites quelque chose laissez moi m’asseoir, je viens d’apprendre la mort de la soeur de l’oncle de la copine de mon meilleur ami ».
Ça n’a pas marché, et vous comme moi ne comprenons toujours pas pourquoi.

Passée cette lamentable représentation théâtrale intra-métros, vous aurez compris que cette combine apparement géniale ne fonctionne que dans les films, quand la jolie madame s’écrie « Ciel!, je faillis! ».
A ce moment la, l’acteur sexy vole à son secours, la soulève dans ses bras, laisse entrevoir par sa chemise entrouverte ses muscles saillants et huilés, et la dépose délicatement sur la banquette, d’où la population s’est bien sûr écartée au son d’un « laisser la respirer ! ».
Je divague, je sais.

Il n’empêche, que cette solution, pour trouver sa place assise dans le lieu préféré de tous les citadins qu’est le métropolitain, c’est pas la panacée.
Par contre gardez toujours ce petit numéro de côté, il peut éventuellement vous servir à passer pour un imbécile devant votre patron, afin d’éviter par exemple de justesse le licenciement pour faute professionnelle.

Mélanie Le Guen, Photographie : Damien Couvreur

Publicités

Une réflexion sur « Manuel de survie – Le metro »

  1. j’t’imagine tellement et j’entends ta voix et j’te vois faire tes mimics quand je lis tout ça, c’est drole, j’aime beaucoup, t’es ma folle préférée… des bisous à bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s